A quelle heure s’activent les mammifères nocturnes ?

Les mammifères de nos régions, à quelques exceptions près, sont des animaux essentiellement nocturnes. Depuis quelques années, l’utilisation de « pièges photographiques » (ou caméras automatiques) se généralise, ce qui permet d’en savoir davantage sur les renards, blaireaux, hérissons, chevreuils et autres animaux discrets de nos campagnes. Nous avons ici utilisé les images et vidéos nocturnes désormais abondantes pour déterminer les heures d’activité de la faune nocturne.

Une méthode originale : l’analyse des données de la caméra automatique Bushnell Trophy Cam

Nous utilisons depuis maintenant deux ans une caméra automatique Bushnell Trophy Cam qui permet de réaliser des prises de vues nocturnes. Nous avons filmé, entre autres, des sangliers, chevreuils, lièvres, blaireaux, etc. Sur chaque vidéo filmée apparaît la date et l’heure de la prise de vue (exemples ici). En plus de nos vidéos, nous avons recherché, pour différentes espèces, les prises de vues disponibles sur internet, notamment sur le site dédié Trophy Cam.

chevreuil

Chevreuil européen filmé par notre caméra automatique

Nous avons pour l’instant retenu les 6 espèces pour lesquelles un grand nombre de prises de vues nocturnes sont disponibles, de manière à pouvoir faire des statistiques espèce par espèce : le Sanglier, le Blaireau, le Hérisson d’Europe, le Lièvre d’Europe, le Chevreuil européen et le Renard roux. Espèce par espèce, nous avons noté les heures des prises de vues, sur la plage horaire allant de 19h00 à 6h59 uniquement. Au total, nous avons recueilli 224 données pour les 6 espèces confondues.

Des animaux actifs toute la nuit

Premier constat : une activité non-négligeable est décelée sur chacun des 12 créneaux horaires, de 19h00 à 7h00. Toutefois, sur les 224 données, seules 10 (soit 4,5 %) concernent le créneau horaire 2h00 – 3h00. A l’inverse, le créneau 0h00 – 1h00 est le plus « fréquenté » avec 27 données (soit 12 %). Il semble donc y avoir une nette baisse d’activité au milieu de la seconde partie de la nuit alors que les animaux sont actifs dans la première moitié de la nuit et, dans une moindre mesure, aux alentours de 4h du matin.

Des profils différents selon les espèces

Chaque espèce a un profil particulier ; toutefois, il est intéressant de noter que trois espèces – le Sanglier, le Blaireau et le Hérisson – ont un pic d’activité au milieu de la nuit (entre 23h et 2h) suivi d’une forte baisse.

Nombre de prises de vue en fonction de la tranche horaire

Nombre de prises de vue en fonction de la tranche horaire

Le lièvre, lui, est surtout actif en début de nuit : 35 % des données proviennent de la tranche 19h-21h. Le Chevreuil européen est surtout actif jusqu’à 23h puis à partir de 5h du matin, ces deux tranches horaires représentant plus de 80 % des données. Ces deux espèces ne sont pas typiquement nocturnes et peuvent facilement être observées en plein jour.

Enfin, le Renard roux est actif toute la nuit, avec une légère baisse en milieu de nuit.

Renard roux

Intérêts et limites de la méthode

Cette courte étude n’est qu’un aperçu de ce que l’on pourrait réaliser en utilisant les données provenant des pièges photographiques, de plus en plus nombreuses. Grâce à elles, on peut améliorer les connaissances actuelles sur l’activité nocturne des espèces. Cela peut être utile pour les comptages nocturnes du gibier au projecteur, par exemple. Ou encore si l’on travaille sur les risques de collision nocturnes entre animaux et automobiles…

Certaines limites persistent cependant. Tout d’abord, visionner les images et vidéos pour noter les heures de prise de vue prend du temps. Ensuite, il faut s’assurer que l’utilisateur du piège photographique a réglé l’heure de sa caméra, ce qui est généralement le cas, mais pas toujours (on se retrouve alors avec des prises de vue nocturnes à 13 ou 14h !). Enfin, on connaît l’heure de la prise de vue mais pas celle du coucher du soleil (à moins de réaliser des calculs complexes en fonction de la date et du lieu de prise de vue). Or, une analyse se référant à l’heure du coucher du soleil permettrait d’apporter un nouvel éclairage.

Images : Cerf nocturne, Lovecatz / Chevreuil nocturne, E. Barussaud / Renard roux, Neil McIntosh

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *