Comment sont faites les Listes Rouges UICN d’espèces menacées ?

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (en anglais IUCN) propose une méthodologie pour évaluer le degré de menace d’extinction qui pèse sur les espèces animales. Cette évaluation peut se faire à l’échelle mondiale, nationale ou régionale. Voici un résumé des critères utilisés.

Huit catégories

Le but de la méthode est d’attribuer à chaque espèce évaluée une catégorie :

Le Grand Pingouin, une espèce disparue (source)
  • espèces éteinte : l’espèce peut être totalement éteinte comme le Grand Pingouin (Pinguinus impennis) auquel cas il est classé EX ; si l’espèce est éteinte à l’état sauvage, comme le Cerf du Père David (Elaphurus davidianus) on note EW ; enfin, si une espèce est éteinte à l’échelle de la région sur laquelle porte l’évaluation, comme le Cincle plongeur (Cinclus cinclus) en Bretagne, on note RE.
  • espèces menacées : il existe trois catégories d’espèces menacées. Dans l’ordre de risque décroissant : CR pour « danger critique d’extinction », EN pour « en danger » et VU pour « vulnérable »
  • espèces non-menacées : il existe une catégories d’espèces à surveiller notée NT pour « near threatened » que l’on traduit en français par « quasi-menacé » et une catégorie notée LC pour « least concern » traduit par « préoccupation mineure »
  • données insuffisantes : les données disponibles ne permettent pas d’appliquer la méthode à l’échelle retenue, on note alors DD

Cinq critères

Le Grand Capricorne (Cerambyx cerdo) est considéré comme vulnérable à l’échelle mondiale (VU) et « quasi-menacé » en Europe (NT)

Pour ranger une espèce dans l’une de ces catégories, l’UICN a établi une grille de critères. Dans chaque critère, des seuils absolus (taille de population) ou relatifs (diminution des effectifs en %) permettent de ranger l’espèce dans l’une ou l’autre des catégories CR, EN ou VU. Ces critères sont :

  • Réduction de la taille de la population (de – 30 % à – 90 % selon les catégories, sur 10 ans ou 3 générations) = critère A
  • Répartition géographique (superficie en km²) = critère B
  • Petite population en déclin (faible nombre d’individus matures ET déclin de 10 % à 25 % selon les catégories) = critère C
  • Population très petite (un très faible nombre d’individus mature, par exemple < 50, même sans déclin) = critère D
  • Analyse quantitative (si il existe une analyse mettant en évidence un risque d’extinction entre 10 et 100 ans = critère E

Une espèce est classée NT (« quasi-menacée ») lorsqu’elle est proche des seuils retenus sans toutefois les atteindre. Ce classement doit être justifié par la mention des critères qui apparaissent proches d’être remplis.

Pour plus de précisions : savoir lire la catégorie et le critère précis

Chaque critère A, B, C, D et E se décline en sous-critères A1, A2, etc. Généralement, on mentionne à côté de la catégorie UICN le critère précis qui a permis ce classement.

Par exemple, pour la Fauvette pitchou, la catégorie UICN à l’échelle de la France est : EN A2b.

Ce qui signifie : l’espèce est « en danger » (EN), car « la réduction de la population est constatée, estimée, déduite ou supposée, dans le passé, lorsque les causes de la réduction n’ont peut-être pas cessé OU ne sont peut-être pas comprises OU ne sont peut-être pas réversibles » (critère A2) en se basant sur « un indice d’abondance adapté au taxon » (b).

Vous trouverez ici le Guide méthodologique UICN pour établir des listes rouges régionales.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.